Notre analyse

 

 

Extrait de la lettre confidentielle n°1 Réseaux Rémora du samedi 18 juin 2016

LA CONJONCTURE

Nul n’ignore l’état de santé de M. Bouteflika. De source bien informée – mais non officielle – le Président algérien serait décédé *. Conjuguée avec la baisse régulière du baril de brut, l’Algérie connaît aujourd’hui une de ses crises majeures. Le frére de Bouteflika et ses proches tentent actuellement de tenir encore les rênes du pouvoir à Alger avec le concours (peu unanime) de l’Armée, notamment de la SM algérienne.

Nul n’ignore davantage les percées fulgurantes de l’État Islamique au travers des frontières poreuses algéro-tunisiennes, non plus que les remontées du Sahel des commandos d’AQMI – frère-ennemi de l’E.I. mais plus frère qu’ennemi – et l’implantation de Boko Haram en Mauritanie et sur les territoires de l’ancien Sahara espagnol où des éléments du Front Polisario se réveillent aussi d’une longue hibernation.

Tous ces braves gens ont réveillé les cellules dormantes du FIS algérien (Front Islamique du Salut) : instructeurs aguerris de l’EI et d’AQMI, finances saoudiennes, fourniture d’armement et munitions, etc. sous la « désapprobation » hypocrito-compatissante des Services US et européens **. Dans un avenir objectivement proche, les babouchards enturbannés vont semer une pagaille monstre en Algérie où le sang va couler d’abondance. Nous pouvons nous attendre à un afflux sans précédent de « réfugiés » dans notre pays parmi lesquels un grand nombre de djihadistes instruits et formés. Les perturbateurs programmés vont multiplier sur notre sol des actes de violence et de terrorisme pour créer un climat de panique dans notre population anesthésiée (pas par hasard) par le Système.

En France, les matches de football de l’Euro risquent fort d’être perturbés par des attentats emblématiques.

De plus, n’oublions pas que nous sommes, depuis lundi dernier, entrés dans une « Période Sainte » où des djihadistes trop pressés de rejoindre leurs vierges au Paradis d’Allah ont saupoudré la chorba vespérale d’une dose généreuse de captagon…

S’ils parviennent – comme le prévoient les stratèges de l’E.I. – à perpétrer des attentats sanglants de type « Bataclan » dans des endroits éloignés les uns des autres du Territoire National pendant une période très courte (salles de spectacle, plage, supermarché, station de métro, cérémonie religieuse chrétienne, etc.) l’Armée, la Gendarmerie et les forces de Police conjuguées n’ont pas aujourd’hui (n’ont plus) les effectifs ni le matériel suffisant pour réduire les foyers infectieux.

Ce serait alors le début du cataclysme annoncé.

Mais que je n’entende pas « on n’a plus le temps », « c’est trop tard » et autres glapissements de vieilles femmes : tout ce que nous pourrons faire – même « le peu » que nous pourrons faire – pour aider au rétablissement de la paix, sera peut-être le « plus » salvateur de notre civilisation. La période de trouble sera longue, mais nous n’avons pas le choix : c’est eux ou nous. Mon choix est fait. Le vôtre aussi.

Nonobstant ces informations peu réjouissantes, je vous prie toute et tous de recevoir et d’accepter mes salutations les plus amicales et patriotiques.

 

Luc Sommeyre

 

 * Information inexacte à l'époque.

** Si l'Europe de Bruxelles n'a pas varié de position, le nouveau président des États-Unis rebat les cartes de la géopolitique mondiale: rien ne sera plus comme avant.

 

- N'oubliez pas que ce texte à été écrit en JUIN 2016

- DÉCEMBRE 2016 Des experts internationaux confirment notre vision anticipée du facteur déclenchant de la crise majeure. (Nous reprenons l'article entièrement fautes de syntaxe incluses.)

 

Vendredi 2 décembre 2016 : The Spectator, un journal britannique prédit l’implosion de l’Algérie après la mort de Bouteflika.
Un avenir sombre attend l’Algérie, prédit «The Spectator», un journal britannique de référence pour les intellectuels, dans un article qui met en garde contre les menaces que représentera ce pays pour l’Europe et la région toute entière. Diagnostic.

 

bouteflika

Abdelaziz Bouteflika, Président de la république algérienne.

© Copyright : DR

Un avenir sombre attend l’Algérie, prédit «The Spectator», un journal britannique de référence pour les intellectuels, dans un article qui met en garde contre les menaces que représentera ce pays pour l’Europe et la région toute entière. Diagnostic.

Le scénario est sans appel. Et il vient d'être établi par un journal britannique très sérieux, soit "The Spectator" référence des intellectuels et des dirigeants conservateurs", dans un article diffusé sous ce titre révélateur: "Comment l'Algérie pourrait détruire l'Europe" . La vacance "institutionnelle" causée par la maladie du président Bouteflika et l'absence de successeur entraînera le pays dans le chaos généralisé, à la faveur des islamistes qui vont essayer de prendre le pouvoir, annonce le magazine britannique, mettant en garde l'Europe contre "une autre crise de réfugiés".

Algérie: explosion sociale à l'horizon 2017

Un scénario catastrophe qui s'imposerait avec d'autant plus de force que l'état de santé du président Bouteflika, déjà précaire, s'est aggravé ces derniers jours, relève le journal britannique. Citant une source médicale, The Spectator indique que "l'esprit de Bouteflika est aujourd'hui plus infirme que son corps", mettant ainsi en doute les aptitudes du chef d'Etat algérien, victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013.

Evoquant l'hospitalisation du président en novembre dernier dans un hôpital de Grenoble, en France, le journal britannique fait état d'un "mauvais pronostic".

"Officiellement, Bouteflika a subi des «tests médicaux périodiques» standards à Grenoble. Mais personne ne le croit. Parmi les personnes qui connaissent bien l'Algérie, il ne fait aucun doute que le président est gravement touché et qu'il lui reste peu de temps à vivre. Cela signifie que son régime n'a plus beaucoup de temps non plus. Les conséquences de cette situation vont bien au-delà de l’Algérie", avertit la même publication.

"Quand Bouteflika s'en ira, l'Algérie va probablement imploser. Les islamistes qui ont été maintenus à distance par sa main de fer exploiteront le vide laissé. Les tensions qui ont été enterrées depuis la guerre civile vont ressurgir. Et puis l'Europe pourrait être submergée par une autre grande vague de réfugiés d'Afrique du Nord", annonce The Spectator.

"Une guerre civile algérienne créerait un grand nombre de réfugiés. Un analyste a dit attendre 10 à 15 millions de réfugiés à partir de l'Algérie. Compte tenu de l'histoire de ce pays, ils s'attendraient à être sauvés par une nation: la France. Dans son impact sur l'UE, même une fraction de ce nombre diminuerait l'effet de la guerre civile syrienne. Etant donné le traumatisme politique que la crise des réfugiés a déjà causé en Europe, un exode massif algérien pourrait provoquer une énorme insécurité en Europe", alerte la publication.

Le Mossad prédit un coup d'Etat militaire en Algérie

Un scénario bis de la tristement célèbre "décennie noire" risque de se produire, étayé par les messages d'alerte lancés par les services de renseignement occidentaux. "Presque personne en dehors de l'Algérie n'ignore ce qui va se passer. Les agences de renseignement occidentales ont peut-être été prises au dépourvu par le mal nommé printemps arabe en 2011, mais tous sont très conscients des dangers guettant l'Algérie. Dans les coulisses, les gouvernements se préparent à une nouvelle guerre civile et à ses conséquences", indique The spectator.

Et d'ajouter: "Il y a seulement 24 ans, 150.000 personnes sont mortes dans une guerre civile algérienne entre les islamistes et l'Etat. Cette fois-ci, les choses seront plus sanglantes, notamment à cause du développement de l'islamisme armé ces dernières années". Le journal britannique pointe du doigt cette forte implantation de groupes terroristes en Algérie, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et Daech.

Autrement dit, un scénario syro-libyen guette l'Algérie déjà minée par une crise financière dévastatrice à la faveur d'une explosion sociale imminente.

Par Ziad Alami