Qui sommes nous

TABLE DES MATIÈRES

LES ORGANISATIONS DE DÉFENSE CIVILE.

AUJOURD’HUI, LE CHOIX EST DÉLICAT – POURQUOI ? – POUR QUI ?.

RÉSEAUX RÉMORA – SPÉCIFICITÉ.

Depuis des décennies, notre Peuple est bercé par l’illusion de la Paix. Tant et si bien anesthésié par une Bienpensance létale, que nous nous taclons nous-même de « complotistes » par auto-flagellation mortifère quand on se surprend à contester et à combattre la Pensée Unique. Ce Système, cet Establishment qui étouffe l’individu dès sa naissance, tente de réduire à néant nos défenses immunitaires tout en poussant ses pions sur l’échiquier de la géostratégie mondiale. À la différence de cet ennemi, celui-là même – clairement identifié – qui aujourd’hui se prépare à nous faire la guerre, nous lui apparaissons comme des benêts qui vocifèrent parfois, mais qui s’avèrent incapables de se défendre et encore moins de le vaincre. On a même entendu cette année parler de… France apaisée. Une niaiserie de plus ! Eh bien non, en 2016, la France n’est pas apaisée. Elle est « en guerre ».

Au moment même où nous écrivons ces lignes, l’ennemi tente de cartographier et de pénétrer nos lignes de défense :

1. L’Armée Française déployée (et nouvellement redéployée) sur le territoire national ;

2. Les unités des Forces Spéciales ;

3. Les Brigades de Gendarmerie Territoriale et les escadrons de Gendarmerie Mobile ;

4. La Police Nationale et particulièrement les CRS ;

5. La Police Municipale désormais armée – mieux vaut tard que jamais (soupirs) ;

6. Les Organisations de Résistance Civile.

 

 

LES ORGANISATIONS DE DÉFENSE CIVILE

Très logiquement – les mêmes causes produisant les mêmes effets – plusieurs personnalités militaires et civiles ont pris conscience du danger simultanément et constituèrent des groupes d’alerte, de coordination et de défense dès le début 2016.

D’autres encore, tout aussi honnêtes et respectables, dont une liste évolutive sera publiée ultérieurement en concertation avec le CCP et les VPF. Nulle « concurrence » ridicule entre ces Organisations. La double-appartenance (comme disent les Politiques jaloux de leurs prés-carrés) n’est pas exclue bien au contraire. Le CCP comme les VPF sont des associations légales, strictement apolitiques, et roulent que pour la France.

Pour une coordination plus affinée, cette relative et légitime pluralité devra aboutir à la création du CNR : le Conseil National de la Résistance.

 

 

AUJOURD’HUI, LE CHOIX EST DÉLICAT – POURQUOI ? – POUR QUI ?

Mais tout d’abord « quel choix » ? – Celui d’adhérer ou non à une association patriotique.

En ce qui concerne nos Compatriotes connus pour avoir pris publiquement position en défense de notre Patrie et de notre Civilisation, ils sont ipso facto « grillés » aux yeux de l’ennemi.

- Élus et responsables à quelque niveau que ce soit des Partis politiques nationaux ;

- Écrivains et bloggeurs ainsi que ceux qui signent de leur nom des articles et commentaires non-équivoques ;

- Responsables associatifs civils & militaires ouvertement de notre famille de pensée.

Pour ceux-là, la question ne se pose pas : adhérez. Avec l’autorisation formelle du Général Piquemal , je leur recommande d’intégrer les Sections du CCP. Celles et ceux qui seraient pour quelque raison que ce soit enclins à rejoindre les VPF du Général Martinez feront également un choix excellent. Vous recevrez au sein de ces structures des informations et des formations qui décupleront votre efficacité et accroîtront votre niveau de protection. Vous prendrez également conscience que « vous n’êtes pas seul », ce qui est psychologiquement primordial. Ceci s’adresse à tous, y compris à ceux qui par centaines déjà, ont rejoint les RÉSEAUX RÉMORA. Encore une fois, il n’est nulle concurrence entre ces groupes.

Quant « aux autres »…

Je pense à celles et à ceux – l’immense majorité de nos Compatriotes – qui pour raisons personnelles, n’étant nullement « identifiés comme tels », sont sincèrement déterminés à faire acte de résistance, mais hésitent à adhérer à une association patriotique constituée…

Le choix leur est ouvert.

 

 

RÉSEAUX RÉMORA – SPÉCIFICITÉ

Pensez-vous que, pendant la Deuxième Guerre Mondiale, les Résistants de l’Ombre aient souhaité adhérer au « Club Jean Moulin » ou aux « Amis du Vercors » ?

Oh bien sûr ! Les RÉSEAUX RÉMORA ne pourront-ils pas « aligner leurs troupes » pour gagner un nounours en peluche bleu-blanc-rouge au Grand Jeu télévisé de la Résistance ! Pourquoi ? – Parce que tout simplement, nous cachons nos troupes. Nous les « cachons » tant et si bien que le Comité Directeur de rémora ignore et veut ignorer l’identité de M. X ou de Mme Y qui ont rejoint ses Cellules.

Comment nous y prenons-nous ?.

Nous savons que les hackers et autres informaticiens de Daesch et consorts possèdent des moyens puissants d’investigation sur l’Internet et dans le domaine des communications. Ils étudient à la loupe la cartographie des Forces françaises officielles et officieuses (j’allais dire « clandestines ») et collationnent les messages qui peuvent être échangés. Si aucune liste n’est dressée, si aucune communication ne peut être interceptée, en ce cas leur tâche devient très complexe voire impossible. Nous n’avons pas vocation à la leur faciliter.

Aussi, les RÉSEAUX RÉMORA ont-ils choisi l’anonymat maximum tous azimuts.

Nous avons réduit au maximum le risque d’identification possible à ceux qui sont déjà connus de l’ennemi comme engagés dans les rangs de la Contrerévolution pour reprendre le mot du Colonel Château-Jobert maintes fois cité. Entendez : les catégories de personnes publiques ou semi-publiques dites plus haut. En ces cas bien précis, l’ennemi ne doutera pas que ces personnages défendront notre Patrie par tous moyens.

« NOUS » sommes des cibles identifiées et nous l’assumons.

À titre strictement personnel, j’ai prêté devant mon miroir le Serment de Camerone. Des Camarades de Combat l’ont fait ou sont prêts à le faire. Ah ! Cette redoutable « Épreuve du Miroir »… Certains comprendront. Mais ceci n’engage que moi. Ou que nous.

Mais « VOUS » ? Pourquoi vous faire courir un risque inutile voire contre-productif ?



Luc Sommeyre